Le piratage touche également l’univers du mobile

Tous les consommateurs d’aujourd’hui sont hyper connectés et utilisent pour cela des appareils mobiles. Beaucoup de terminaux permettent de réaliser des opérations bancaires, paiements et virements. Il est aussi possible de discuter avec des utilisateurs à l’autre bout du monde et de faire des achats.

Malgré les multiples avantages de ces appareils mobiles, les technologies que nous utilisons présentent indéniablement des vulnérabilités. Récemment, le numéro 1 des moteurs de recherche Google a procédé à l’amélioration de leur système Android, car celui-ci présentait une faille.

En moyenne, environ 9 500 malwaires Android sont recensés par jour. Et si ce système n’est pas le seul OS concerné, il reste cependant le préféré des pirates.

Plus de 99 % des terminaux mobiles Android vulnérables

Aucun système n’est assuré contre un vol de données et un piratage. En effet, il y a toujours des failles. D’ailleurs, Google vient de corriger une faille qui rendait fragiles presque tous les appareils Android.

Il y a encore quelques années, on parlait encore de cyberattaque informatique, mais seulement sur les PC. Désormais, on parle de cyberattaque mobile, puisqu’on utilise de plus en plus sa tablette ou son smartphone pour sauvegarder et voir des données personnelles. Sachez que certaines applications ont une mauvaise réputation. La plupart des hackers ont compris l’intérêt des utilisateurs pour ces applications et les exploitent pour pirater vos appareils mobiles.

Prudence quant aux appareils mobiles venant de Chine

Selon l’étude menée par la plateforme Arestetechnica,  un expert dans la sécurité informatique sur mobile, la majorité des appareils mobiles chinois étaient livrés avec des malwares. Environ 120 000 smartphones commercialisés par la marque BLU Products sont visés.

Ce logiciel malveillant est capable de dérober des données très sensibles comme la liste des contacts présents sur l’appareil, la position précise du téléphone, les messages multimédias, les messages textes stockés, l’historique des appels et même l’IMEI du terminal.